Le 14e Congrès mondial des professeurs de français

Question à M. Rudy Demotte, Ministre-Président, intitulée «14e congrès mondial des professeurs de français». Du 14 au 21 juillet débutera à Liège le 14e Congrès mondial des professeurs de français. Symboliquement programmé entre la Fête nationale française et celle de la Belgique, cet événement devrait rassembler plus de 1 300 participants en provenance des quatre coins de la Francophonie. Organisé par la Fédération internationale des professeurs de français, ce congrès baptisé pour l’occasion «Français, langue ardente» se déroulera sous le haut patronage de la secrétaire générale de l’OIF, Mme Michaëlle Jean.

Ce titre, s’il n’est pas sans rappeler le surnom de la cité liégeoise, désigne également toute la créativité et l’engouement que notre langue suscite puisqu’elle est la deuxième enseignée dans le monde après l’anglais. Pour mon groupe, il est essentiel de soutenir de telles démarches dans la mesure où elles relient la Francophonie institutionnelle à la société civile. Monsieur le Ministre-Président, quelles sont les motivations de la Fédération internationale des professeurs de français à poser ses valises à Liège pour son 14e congrès ? En quoi cet événement diffère-t-il de celui du Forum mondial de la langue française organisé l’an dernier au même endroit ? De quelle manière la Fédération Wallonie-Bruxelles intervient-elle pour le soutenir ? Quelles suites comptez-vous donner à cet événement en termes d’analyse des propositions qui ne manqueront pas de fleurir ?

Réponse de M. Rudy Demotte, Ministre-Président. La promotion du rôle du français dans le monde nous importe et les deux événements organisés à Liège en 2015 et 2016 en sont un témoignage. C’est en 2010 déjà que l’Association belge des professeurs de français (ABPF) a décidé de poser une candidature auprès de la Fédération internationale pour l’organisation de son 14e congrès mondial à Liège en juillet 2016. Un comité de candidature a été constitué à cet effet sous la présidence de Jean-Marie Klinkenberg, professeur à l’Université de Liège, membre de l’Académie Royale de Belgique, mais aussi président du Conseil supérieur de la langue française de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La candidature de Liège a été entérinée lors du 13e congrès mondial des professeurs de français qui s’est tenu à Durban en juillet 2012. À la suite de quoi, le comité de candidature a cédé sa place au comité d’organisation, toujours présidé par M. Klinkenberg, et qui émane principalement de l’ABPF et de la province, de la ville et de l’université de Liège. Le forum de la langue française qui s’est tenu à Liège en juillet 2015 sur le thème de la créativité visait quant à lui l’accueil des jeunes créateurs, des entrepreneurs, des porteurs de projets dans des secteurs aussi diversifiés que la culture, l’éducation, la participation citoyenne ou encore l’économie.

Le congrès mondial des professeurs de français qui s’annonce vise pour sa part à autre chose. Il s’agit d’un public d’enseignants, d’étudiants, de cadres éducatifs qui pourront partager leurs expériences et leurs savoirs autour des politiques linguistiques et de l’enseignement du français par des formations et des pratiques pédagogiques. La Fédération Wallonie-Bruxelles est en contact depuis 2010 avec les promoteurs, principalement via Wallonie Bruxelles International (WBI), et les organisateurs du congrès pour assurer son implication dans l’événement. C’est ainsi qu’en 2011 et en 2012, WBI a participé aux frais de déplacement à l’étranger des représentants du comité de candidature de Liège pour promouvoir celle-ci auprès de différentes instances réunissant les associations de professeurs de français.

En ce qui concerne l’accueil des participants au congrès, WBI intervient pour la prise en charge des frais de transport international d’une trentaine de personnes en provenance des pays du sud ou assimilés. On pense ici à l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale, l’Amérique du Sud, l’Asie, les Caraïbes, l’Europe centrale et orientale sans oublier le Maghreb. Par ailleurs, un encart de quatre pages pré- sentant le congrès a été publié dans le numéro de juin de la revue W+B et sera distribué à tous les participants. Un autre article de deux pages sera consacré à l’événement dans le numéro de septembre. En outre, WBI et WB Campus tiendront un stand dans les locaux de l’université de Liège à la place du 20 août où se dérouleront les travaux en association avec la Direction de la langue française et le Service général des lettres et du livre du ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

WBI contribuera également aux activités culturelles organisées en marge du congrès, notamment en mettant à disposition l’exposition «TamTam et ceter@, quand la BD Wallonie-Bruxelles vous informe» qui sera présentée à la cité Miroir. Une soirée Fédération Wallonie-BruxellesOIF-Canada-Québec est programmée le 19 juillet à la Cité Miroir avec le soutien de WBI, la délégation générale du Québec à Bruxelles et la représentation permanente de l’OIF auprès de l’Union européenne. La chanteuse québécoise Joëlle SaintPierre, présente aux Francofolies de Spa, et Kel Assouf, un musicien peul originaire du Niger qui réside en Belgique, s’y produiront. Le concert sera précédé d’une réception que nous offrirons avec le délégué général du Québec et le représentant permanent de l’OIF auprès de l’Union européenne. Ces éléments prouvent nos bons contacts avec le Québec.

À l’issue du congrès, une réunion se tiendra avec les organisateurs pour examiner le soutien que WBI pourrait fournir à l’Association belge des professeurs de français (ABPF) et à la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF) pour assurer le suivi des échanges et des recommandations issus de cette rencontre dans le cadre de notre coopération bilatérale ou multilatérale francophone.

Réplique de Véronique Waroux. Merci d’avoir précisé la qualité des contacts entretenus avec le Canada. Mme Potigny peut être rassurée. Le cdH est satisfait du soutien accordé aux initiatives de la société civile. Cela permet de rendre la francophonie plus concrète aux yeux du public. Nous saluons l’important soutien à cet événement et nous essaierons de participer à cette belle opération; en tout cas, nous la suivrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *