Ramdam Festival : un risque à gérer

Aujourd’hui, en séance plénière du parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles, Véronique WAROUX a interrogé Joëlle MILQUET, Ministre de la Culture, sur l’interruption du festival Ramdam et sur ses répercussions. Par ailleurs, la Députée espère qu’une réflexion sera ouverte sur la gestion de tels risques à l’avenir, afin d’allier ces deux valeurs fondamentales que sont le maintien de la sécurité et la garantie de la liberté d’expression.

Dans sa question d’actualité adressée à Joëlle Milquet, Véronique Waroux met notamment en exergue les pertes économiques que représente cette fermeture pour l’exploitant du cinéma Imagix Tournai, qui a malgré tout accepté de prolonger la diffusion des films, et des commerçants alentours. La Ministre de la Culture, présente hier soir à la cérémonie de pré-clôture du festival Ramdam, a souligné le travail d’excellence réalisé par le Festival du Film qui Dérange. Elle a affirmé son soutien actuel et futur à cette organisation. Un plan de soutien financier pluriannuel pour la programmation et la promotion est envisagé. « La plus belle réponse que l’on peut donner à l’obscurantisme et aux menaces » selon la Ministre. La Députée de Wallonie picarde se réjouit de cette annonce, tout en regrettant l’impossibilité de dégager des dédommagements financiers pour les pertes subies par les opérateurs culturels et du secteur Horeca.

Par ailleurs, tout en mettant éminemment la priorité sur la sécurité des citoyens et au risque de déplaire aux détenteurs d’informations sensibles non-communicables, Véronique WAROUX continue à s’interroger sur la gestion et la communication de cette crise aux impacts culturels et économiques importants, source d’angoisse chez certains citoyens qui évitent désormais le cinéma, ainsi que sur l’absence de mesure de sécurisation et d’éloignement du site lors de la fermeture du complexe. Malgré les déclarations alarmistes et énigmatiques entendues à maintes reprises au niveau local, elle constate que d’autres personnalités de premier plan, très certainement informées dans le détail du risque de menace du site, déplorent également cette autocensure. C’est notamment le cas du Ministre de l’Intérieur Jan Jambon, qui dans un article récent soutient que selon lui, l’annulation du Ramdam n’était pas nécessaire, en précisant : « Cela revient à dire qu’il suffit de brandir des menaces pour que la société se censure. Notre démocratie est le meilleur système politique du monde, nous devons nous défendre contre les menaces, mais pas par l’autocensure. »

Véronique WAROUX réaffirme la nécessité d’ouvrir une réflexion quant à la gestion de tels risques à l’avenir.

Contact: Véronique WAROUX 0498/88.60.04

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *