La campagne « Les insecticides, je m’en passe » de l’intercommunale IPALLE

Question à M. Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal, sur « l’opération « Les insecticides, je m’en passe » proposée par l’intercommunale IPALLE ». Monsieur le Ministre, à l’occasion du Printemps sans pesticides, l’intercommunale Ipalle a mené une opération afin de livrer alternatives, trucs et astuces pour se passer de produits dangereux utilisés pour l’entretien de la maison, de la voiture, du jardin, et cetera. Un jeu-concours a également été proposé et une tapette à mouches – alternative aux produits chimiques – était reçue par les usagers des parcs à conteneurs.

Nous ne pouvons que saluer ce type d’initiative initiée dans le but de préserver l’environnement, la santé, mais aussi d’éviter des coûts à chacun. Monsieur le Ministre, avez-vous eu vent de ce projet ? Je pense que oui. La Région y a-t-elle été associée ? Ce type d’initiative est-il également rencontré dans d’autres intercommunales ? Sinon, ne serait-il pas utile de généraliser ce type d’opération aux autres intercommunales ? Par quel biais, au-delà de la période du Printemps sans pesticides, la Région promeut-elle auprès des citoyens et professionnels des alternatives de l’utilisation des insecticides, qui soient utiles et concrètes au quotidien ? Où ce type d’information peut-elle être trouvée facilement ?

Réponse de M. Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal. Madame la Députée, depuis 2008, la Wallonie organise la Semaine sans pesticides du 20 au 30 mars ; cette année, la semaine est devenue un Printemps sans pesticides du 20 mars au 20 juin. Depuis 2008, cette initiative a été soutenue financièrement par les différents ministres de l’Environnement. C’est l’ASBL Adalia qui coordonne la mise en œuvre de cet événement et c’est elle aussi qui sollicite les différents acteurs : communes, écoles, 60 intercommunales, particuliers, associations, de manière à ce qu’ils proposent des actions tout au long du printemps en lien avec la thématique de réduction de l’utilisation des pesticides. Les premiers contacts avec la Copidec datent de 2012.

Une première campagne de sensibilisation pour la collecte des emballages vides de pesticides et des pesticides périmés ou inutilisés a été organisée dans tous les parcs à conteneurs en 2012. Ces actions sont pilotées par la Copidec et elles sont proposées à l’ensemble des parcs à conteneurs wallons. Toutes les intercommunales y participent. Par ailleurs, la Wallonie subventionne plusieurs associations rassemblées au sein de la Coupole du Programme wallon de réduction des pesticides. Ces associations – comme Adalia, le Pôle de gestion différenciée, le Comité régional Phyto, PhytEauWal – font tout au long de l’année de la sensibilisation et de l’information envers leurs différents publics cibles – particuliers, communes, utilisateurs professionnels agricoles ou non – en lien avec la thématique « pesticides ».

Cela se traduit de différentes manières : sites internet, pages Facebook, articles, participation à des salons et des conférences, journées d’étude et de démonstration. Les informations peuvent être consultées sur le site de référence « pesticides » de l’Administration ou sur les sites des associations que je viens de citer.

Réplique de Véronique Waroux. C’est vrai que j’orientais aussi beaucoup ma question vers les insecticides, ces fameux produits que nous mettons, les diffuseurs que l’on met chez soi, que l’on avale goulûment la nuit pour éviter tout moustique et autres insectes. Il n’empêche que focaliser effectivement sur les insecticides, c’est assez intéressant. La petite image de la tapette à mouches, c’est un peu comme les drapeaux blancs : c’est symbolique, mais cela peut interpeller et rappeler qu’il existe d’autres méthodes que les fameux produits chimiques diffusés dans nos intérieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *