Cession de voirie à Péruwelz : un Conseil communal irresponsable !

Retenue jusque des heures tardives en séances plénières du Parlement wallon ou de la Fédération Wallonie-Bruxelles TOUS les mercredis de l’année, je tiens à souligner une fois de plus l’organisation régulière des réunions de Conseil communal les jours où le Bourgmestre, Daniel Westrade, me sait empêchée. Hier encore, je n’ai pu que constater la clôture de la séance lors de mon arrivée, à 20h30, et prendre connaissance de la réduction à néant de mon travail préparatoire de réunion. Je me suis surtout inquiétée de la position du conseil par rapport à un point clé : CONVENTION DE CESSION DE VOIRIE du SPW vers la VILLE / N60 Rue Pont-à-la-Faulx – Rue Albert 1er.

J’apprends, consternée, que le Conseil a voté, à la presqu’unanimité, en faveur de la convention proposée par le SPW. J’ai pourtant, les jours précédents, tenté de sensibiliser des membres de la majorité sur les risques de valider telle quelle cette convention. Je juge ainsi irresponsable cette décision vis-à-vis des intérêts de la Ville. La convention aurait dû être reportée, amendée, complétée.

J’avais avait rédigé un argumentaire qui a été contré par de vagues réponses du Bourgmestre, semble-t-il. Dans le document lu par un représentant du Groupe AC, j’ai signalé mon incompréhension et mon inquiétude sur cette question de cession d’un tronçon de route régionale N60 du SPW à la Ville.

  • Incompréhension : Où a-t-on vu que l’on saucissonnait les routes régionales ? Car il s’agit de cela : céder la gestion et l’entretien de la rue Pont à la Faulx (rue PALF), le tronçon Grand-Place et la rue Albert 1er, du SPW vers la Ville. Il s’agira seulement d’un tronçon rétrocédé à la Ville, et le prolongement de part et d’autre restera à la Région. Bizarre. Et ce, après la réalisation des travaux rue Albert 1er, devant l’Hôtel de Ville MAIS AVANT LA RÉALISATION DU CONTOURNEMENT ! On aura donc une route régionale segmentée par un tronçon communal ! On s’interroge ! Est-ce légal ? Dans le préalable, il est expliqué que dès la finalisation du contournement et vu la déviation du trafic lourd, ces voiries ne seront plus empruntées que par le trafic léger. Il est aussi signalé les investissements prévus pour la création du contournement et que, considérant, la rue Albert 1er et la rue PALF n’auront plus de caractère régional en termes de mobilité. Alors, IL FAUT ATTENDRE LA REALISATION DU CONTOURNEMENT ! Dans la suite logique, et s’il y a cohérence, faudra-t-il reprendre à court terme la rue Neuve Chaussée, le Boulevard Léopold III et l’Avenue Basilique ???
  • Inquiétude : Il est indiqué que le SPW-DGO1.41 a procédé à la réfection complète de la rue PALF et du tronçon Grand-Place. Or, il est inévitable à ce stade de signaler les doutes sérieux sur la qualité de cette réfection. A la fin des travaux, en 2012, des tests de contrôle ont été effectués sur la rue PALF. Ils ont été, à certains endroits, catastrophiques. Ponctuellement, il a été impossible de constituer des carottes de prélèvements, la matière se désagrégeant lors des forages. Le risque est que cette route « ne tienne pas longtemps ». Le SPW étant le maître d’œuvre a validé et réceptionné provisoirement les travaux contre une prolongation de la garantie. En effet, les malfaçons étant situées en fondation, elles ne se révéleraient en surface que dans quelques années.

Questions :

    • Jusqu’à quand court cette garantie ?
    • Pouvons-nous prendre connaissance des résultats des tests de 2012 ?
    • Des tests ultérieurs ont-ils été effectués ? Si oui, pouvons-nous en connaître les résultats?
    • Quel est l’intérêt pour Péruwelz d’accepter cette rétrocession ?
    • Quelles contreparties avons-nous obtenus ?

Vu les incertitudes et l’incohérence de cette cession partielle, j’ai proposé de voter NON à ce cadeau qui pourrait être empoisonné et ai mis en garde sérieusement la majorité sur les frais que pourraient engendrer à l’échelle communale des travaux de réfection de cette route normalement gérée par la Région.

A tout le moins, attendons que le contournement soit effectivement réalisé, pour 2019 en principe, et nous verrons à ce moment-là la possibilité de cession, qui n’est pas obligatoire, car le SPW continue de gérer, dans d’autres communes, des routes régionales centrales et des routes de contournement. Si l’intérêt est avéré, mais nous en doutons, toute reprise ne pourra être envisagée qu’après la réalisation d’un état des lieux avec carottages indiquant un parfait état de la voirie, et après réalisation du contournement. Le SPW peut vouloir être rassuré sur le principe de reprise, avant l’entame de nouveaux travaux, mais il faut se refuser de valider à ce stade et dans ces conditions.

Le Bourgmestre est parfaitement au courant de la problématique. Il aurait prétendu en Conseil qu’un ou plusieurs forages ultérieurs auraient montré tout à coup une meilleure qualité de la route ! La voirie se serait réparée spontanément ? Ne sont-ce pas les zones faibles qui déterminent le niveau de (non-)qualité d’un ensemble ? Le Bourgmestre aurait expliqué qu’il s’agit d’une convention préalable pour confirmer l’octroi des crédits.

C’est faux : le Ministre Prévot a formellement engagé 5,5 M€ pour Péruwelz sur voiries existantes et Polaris. Une convention SPW-Infrabel garantirait un trajet « alternatif  » et continu à la route régionale : où cela est-il formalisé ? Les travaux rue Albert 1er pourront être surveillés par le Ville le SPW pourra ainsi se décharger de ses responsabilités. Le SPW en partenaire oui, évidemment, mais sans être béni-oui-oui. Y en a-t-il un qui étudie ses dossiers dans ce Collège ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *