La chaussée de Bruxelles, encore et toujours

Question écrite à M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur les aménagements de la chaussée de Bruxelles, à Tournai.  Je reviens vers Monsieur le Ministre concernant les aménagements de la chaussée de Bruxelles, à Tournai. Lors de ma dernière question sur ce sujet, il m’a répondu que « la meilleure solution pour assurer la sécurité des automobilistes, des usagers faibles de la route et des piétons est de placer l’ensemble de la Chaussée de Bruxelles en deux fois une bande de circulation, avec création de bandes de vire-à-gauche ». Et que « la disparition de la seconde voie de circulation ne devrait pas dégrader les conditions de circulation ».

Je suis désolée de devoir le contredire, mais en tant qu’utilisatrice régulière de cette chaussée, je peux l’assurer que ces modifications ont considérablement contribué à dégrader les conditions de circulation. En octobre 2014, j’informais Monsieur le Ministre que des embouteillages se forment en heure de pointe depuis la sortie d’autoroute sur près de 2,5 kilomètres.

Un temps de parcours, jusqu’à une demi-heure, totalement déraisonnable pour une entrée de ville de la taille de Tournai, bien plus fluide auparavant. Je peux affirmer que cela n’a pas changé aujourd’hui, malgré le « temps donné au temps », comme il le préconisait à l’époque. Et la pilule ne passe toujours pas auprès des Tournaisiens, qui maudissent les responsables chaque jour dans les bouchons.

L’argument de la sécurité des usagers faibles est avancé. Je suis la première à défendre une mobilité plus douce et moins polluante, mais il s’agit ici d’une entrée de ville depuis l’autoroute. Je ne vois pas plus de cyclistes à protéger aujourd’hui qu’il y a deux ans le long de cette voirie. De plus, un échevin de Tournai m’a récemment confié que la ville s’était toujours opposée à ce rétrécissement, voulu par le SPW. Est-ce vrai ? Monsieur le Ministre dispose-t-il de relevés confirmant ces embarras de circulation provoqués par ce nouvel aménagement ? Est-il dans sa volonté d’amener le SPW à revoir sa copie pour répondre aux besoins des citoyens ?

Réponse de M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. En réponse à sa question, j’informe l’honorable membre que les aménagements définitifs prévus sur cette chaussée ne sont pas encore mis en œuvre. La sécurisation des Boulevards est cependant bien reprise au Plan Infrastructures 2016-2019 à hauteur de 4.800.000 euros.

Les aménagements s’inscriront dans la ligne de ceux préconisés dans le Plan communal de mobilité de la ville et validés par celle-ci. La mise en place d’un cheminement cyclable en fait partie. La canalisation du flux et la sécurisation de l’ensemble des usagers en entrée de ville aussi. Comme déjà mentionné précédemment, l’aménagement comportera une bande de circulation par sens avec une neutralisation de la voie centrale afin de permettre l’accessibilité aux commerces en toute sécurité sans entraver la circulation sur l’axe, comme cela existe dans de nombreux autres cas, même si chaque cas est évalué individuellement. En ce qui concerne la mobilité, une adaptation des temps de feux a été réalisée afin de recalibrer les flux et de préserver un maximum de mobilité sur l’axe principal.

Quant aux conditions de circulation, celles-ci vont dans le sens d’une accessibilité pour tous et d’une sécurité accrue ; elles sont décrites de manière exhaustive dans le Plan communal de mobilité et les objectifs à atteindre sont bien ceux visés par l’aménagement étudié, en étroite collaboration avec les autorités locales. Il n’y a donc pas lieu de s’en écarter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *