Denis Mukwege : prix Démocratie et Droits de l’Homme au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Le 24 juin dernier, j’étais heureuse de constater que mon travail –rejoint par mes collègues du Hainaut occidental au Parlement- en faveur du Docteur Denis Mukwege a fini par payer : le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a remis le prix pour la Démocratie et les Droits de l’Homme au médecin de Bukavu.

J’ai rappelé comment, lors d’une conférence organisée par le Rotary Club d’Ath à l’automne dernier, « avec humilité, et en compagnie de son acolyte lors d’opérations à quatre mains », le Docteur Guy Bernard Cadière de l’hôpital Saint-Pierre, le Docteur Mukwege avait exposé le combat qu’il mène depuis 15 ans au sein de l’hôpital Panzi. J’ai approché son univers, ses engagements et il m’a profondément émue. Je dis « approché » car il s’agit d’un cheminement progressif, « tant une plongée brutale dans sa réalité semblerait insoutenable depuis nos places confortables. » J’ai conclu en soulignant que « d’autres auraient mérités d’être là également : les médecins, infirmiers, juristes, psychologues qui travaillent avec lui à Panzi, et assurent la continuité des soins lors de ses déplacements. Aussi d’autres acteurs et associations qui œuvrent à la même finalité en étant moins connues. Mais toutes les justes causes ont leur icône. Et nous savons que le Docteur Mukwege se présente, aujourd’hui devant nous, en porte-parole de la douleur de ces femmes, meurtries mais debout ! »

Ce prix ne me sera utile que si vous nous accompagnez sur ce chemin

Déjà lauréat du Prix Sakharov du Parlement européen et nominé deux fois pour le Prix Nobel de la Paix, le Docteur Denis Mukwege a remercié le Parlement pour ce prix, tout en appelant les responsables politiques à poursuivre une mobilisation active en faveur des Congolais. « Nous ne pouvons continuer à réparer les conséquences de la violence, nous devons traiter ces causes pour prévenir la répétition de ces crimes atroces commis sur les corps de ces femmes et de ces enfants, dont nous sommes les témoins chaque jour. Raison pour laquelle nous sommes engagés dans un plaidoyer pour la paix, la justice et l’alternance démocratique. Ce prix ne me sera utile que si vous nous accompagnez sur ce chemin. 55 ans après l’indépendance, les Congolais et Congolaises n’ont jamais connu un Régime démocratique favorisant la protection des droits fondamentaux. Valeurs universelles que le Parlement de la Communauté française et l’Organisation internationale de la femme au Congo prônent à travers le monde. » Le Docteur a alerté l’assemblée sur les dérives autoritaires inquiétantes en cours dans la Région des Grands Lacs, et sur le rôle naturel de leadership de la Belgique, par son expertise, au Congo. « Honorables Députés, nous ne pouvons nous permettre d’assister passivement au sacrifice d’une nouvelle génération. Dans un contexte préélectoral volatil et explosif, nous attendons un positionnement clair de la Belgique, qui doit utiliser tous les leviers à sa disposition pour aider une réelle transition démocratique et contribuer à l’édification d’un réel état de droit dans la région des grands lacs. En détruisant l’appareil génital des femmes, c’est tout le tissu social de la région qui est mis à mal par leurs violeurs ». Le Docteur Mukwege a souligné l’importance d’un vote comme celui des « minerais du conflit », récemment intervenu au Parlement européen, et appelle à continuer la lutte pour progressivement « transformer les minerais de sang en minerais pour le développement et la paix ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *