Les fouilles archéologiques à Tournai

Question du 5 décembre à Monsieur COLLIN René, Ministre de l’Agriculture, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité, du Tourisme, du Patrimoine et délégué à la Grande Région

La Ville de Tournai est actuellement en pleine phase de travaux et de nombreux chantiers sont ouverts dans les entrailles de la plus ancienne ville de Wallonie. La riche histoire de la cité induit que ces chantiers sont susceptibles de nous permettre de réaliser des découvertes archéologiques intéressantes.

Or il me revient que deux chantiers ne bénéficieraient pas d’un suivi archéologique :

– l’îlot Cherquefosse où se trouve une nécropole gallo-romaine ;
– le site du garage Delune à l’emplacement du premier établissement romain de Tournai et à proximité immédiate de la tour dite « des six ».

Monsieur le Ministre confirme-t-il l’absence d’un suivi archéologique sur ces deux sites ?

Dans l’affirmative, comment explique-t-il cette décision ?

Va-t-il intervenir pour demander aux services archéologiques de la Région d’intervenir afin de suivre ces chantiers et s’assurer que tout sera mis en œuvre afin de recueillir les témoignages archéologiques de ces deux sites ?

Réponse de Monsieur COLLIN René, Ministre de l’Agriculture, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité, du Tourisme, du Patrimoine et délégué à la Grande Région

Pour répondre à cette question, il est opportun de contextualiser la position adoptée et les choix opérés.

En ce qui concerne l’ilot Cherquefosse, dès la constitution des dossiers d’aménagement de cet îlot par l’intercommunale Ideta, le Service public de Wallonie (SPW) a été directement impliqué dans la stratégie et le calendrier des opérations. En fonction des caractéristiques des travaux prévus dans chaque zone et de l’état de perturbation des terrains, des choix stratégiques ont été effectués.

Pour la zone « Hubo », un diagnostic (deux tranchées de sondages) a révélé un sol perturbé par des fondations du 20e siècle ou des terres argileuses noires caractéristiques des fonds de l’Escaut.

Pour la zone « TEI », le suivi des démolitions n’a révélé que des zones très perturbées ; en outre, les fondations des nouvelles constructions se limitent à 60 cm de profondeur le long du quai et à 1 m rue Cherquefosse. Leur creusement a révélé uniquement la présence d’impétrants.

Pour la zone de l’ancienne piscine, l’état très perturbé du terrain a conduit à l’option du suivi d’une tranchée dans le secteur avec parking souterrain, opération qui sera menée en février 2018.

Le SPW est bien entendu conscient du potentiel archéologique de l’îlot comme l’attestent les vestiges mis au jour anciennement. Ceux-ci sont, selon l’inventaire des sites archéologiques, localisés rue Madame (voirie avec canalisations), dans l’îlot Cherquefosse à l’ancienne union Ferronnière (enceinte) et sous Saint Piat (tombes isolées) et situés à un minimum de 1,4 m et jusqu’à 3 m de profondeur.

Les résultats peu probants obtenus lors des suivis et sondages ainsi que la nature des travaux projetés (profondeurs peu importantes, incidences moindres dans le sous-sol, sols déjà perturbés par aménagements récents) ont motivé la décision de ne pas développer une opération d’archéologie préventive d’envergure, mais des suivis ont été réalisés ou sont prévus en 2018.

Pour le site du garage Delune, un premier sondage de diagnostic a été effectué en 2014 et étendu en 2015 pour repérer la première enceinte, et ce, afin que les architectes puissent l’intégrer dans le projet.

Le SPW a découvert que l’enceinte était arasée et que le potentiel consistait essentiellement en un habitat postmédiéval. Une opération archéologique a été préparée via un marché de services, mais a été annulée suite au problème d’accès non résolu (achat de parcelle impossible). Il était alors nécessaire d’attendre les permis de démolition et construction.

Un changement de propriétaire a encore reculé le projet qui ne s’est débloqué qu’en juin 2017. Le SPW a alors tenté de constituer une équipe via un nouveau marché, sans succès (absence de soumissionnaires entre autres). Le projet d’opération archéologique n’a donc pu se concrétiser ; néanmoins, en cas de découverte significative, des relevés pourront être réalisés.
On peut donc constater que le SPW a préparé ce projet avec tout le sérieux qu’il méritait, eu égard au passé prestigieux de la Ville de Tournai.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *