Les incivilités dans les parcs à conteneurs

Question à M. Carlo DI ANTONIO, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal, sur les incivilités dans les parcs à conteneurs. Des faits de non-respect des règles minent régulièrement le fonctionnement des 213 parcs à conteneurs de Wallonie. Des attaques verbales et physiques sont subies par le personnel. Des vols répétés viennent compliquer encore le travail des employés et ouvriers. Il est plus compliqué dans ce cadre pour les intercommunales d’assurer un service continu aux citoyens.

Une des solutions trouvées a été à certains endroits d’installer des caméras. De plus, dans les zones davantage urbanisées, des rondes nocturnes de la police locale passent aussi par ces parcs. Mais couvrir efficacement l’étendue du territoire en zone rurale est bien moins évident.

Dans ce cadre, la COPIDEC, qui regroupe les acteurs du tri et du recyclage wallon, a lancé une réflexion depuis une dizaine d’années sur la communication et la courtoisie. Les intercommunales viennent de lancer une campagne « Le sourire, c’est contagieux », qui durera tout l’été. Monsieur le Ministre a-t-il déjà été interpellé sur le sujet ? Comment la Région wallonne peut-elle agir afin de répondre à ce manque de civilité ?

Est-elle associée à ces campagnes de communication ? Quelles sont les sanctions encourues par ces fauteurs de trouble ? Quelles mesures, selon Monsieur le Ministre, pourraient et devraient être prises ?

Réponse de M. Carlo DI ANTONIO, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal. Les incivilités sur les parcs à conteneurs sont un fait. Tant les agressions verbales que les vols perpétrés sont des sources de stress non négligeables pour les préposés qui sont chargés de la gestion journalière des parcs à conteneurs et qui garantissent la qualité des flux collectés et triés dans ces infrastructures.

Le projet de plan wallon des déchets-ressources aborde la problématique de la lutte contre la délinquance dans les parcs à conteneurs. Ceci commence par la mise en place d’une comptabilité systématique des actes de délinquance, permettant de mesurer l’ampleur du problème.

Depuis juin 2015, un outil de recensement des plaintes et constats d’infractions environnementales est utilisé par l’administration via la mise en place d’un formulaire en ligne permettant la déclaration des collectes illégales via le portail environnement.

Cet outil permet à tout citoyen ou toute entité juridique telle qu’une intercommunale, une entreprise… témoin de faits de préciser :

  • le type de déchets concernés,
  • la localisation et la chronologie des faits constatés,
  • les éventuelles informations permettant une identification du contrevenant et
  • les instances qui ont été averties officiellement de ces faits.

La COPIDEC (Conférence Permanente des Intercommunales de gestion des Dechets) et la FEGE (Fédération des Entreprises de Gestion de l’Environnement) ont été informées de la mise en place de cet outil. En 2015, seuls 14 formulaires ont été introduits par INTRADEL, tous concernaient des vols de papiers/cartons perpétrés à Liège, Herstal ou Verviers lors des collectes porte-à-porte.

Les 60 vols perpétrés en 2015 dans les parcs à conteneurs de la province de Namur n’ont pas été déclarés par les intercommunales via l’outil mis à leur disposition. Mes services ont d’ailleurs contacté le BEP afin de connaître la raison de la non-utilisation de l’outil mis en place. Pour 2016, l’administration constate une utilisation de l’outil par d’autres intercommunales comme par exemple l’ICDI qui à ce jour a déjà déclaré plus d’une vingtaine d’infractions relevées au sein de ses parcs à conteneurs. Le prochain rapport d’évaluation de l’outil sera effectué à la fin du premier semestre 2016. L’importance de l’utilisation de cet outil par les intercommunales a été rappelée durant la dernière réunion organisée entre l’administration et la COPIDEC qui s’est tenue ce jeudi 19 mai 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *