La nappe aquifère du Péruwelzis est stable

Comme annoncé lors du conseil communal péruwelzien de février, la Députée wallonne Véronique WAROUX (cdH) a interrogé Carlo Di Antonio, Ministre de l’environnement, sur l’état de la nappe aquifère du Péruwelzis et l’évaluation de la Transhennuyère. Dans sa réponse, le Ministre assure la stabilité du niveau de la nappe aquifère, ainsi que sa vigilance envers l’entreprise grande consommatrice d’eau, Ecofrost.

En 1993, la SWDE créait à Gaurain (Tournai) une conduite de 50 km et la station de la Transhennuyère, qui collecte et traite les eaux d’exhaure des carrières voisines et des eaux de captage du Péruwelzis pour renvoyer des eaux potables vers la Flandre et l’ouest de la Wallonie picarde (Tournai et Mouscron) et soulager ainsi la partie ouest de la nappe du calcaire carbonifère, soit la nappe surexploitée de Pecq-Roubaix.

À l’époque avait été entamée une fronde juridique menée par le Péruwelzis qui craignait que l’ouvrage ne préjudiciât son propre patrimoine hydrique, à savoir les sources et les fontaines de Péruwelz et n’affecte la stabilité des sols. La prudence et la vigilance s’imposent dans la gestion de ces nappes.

D’après un article de presse récent, l’avenir de celle du Peruwelzis semble apporter quelques inquiétudes quant aux dernières mesures piézométriques. Veronique Waroux a donc interrogé le Ministre cdH de l’Environnement, Carlo Di Antonio, pour qu’il fasse le point sur le volume de production atteint par la Transhennuyère, sur son évolution, ainsi que sur le niveau de la nappe dans la région de Péruwelz. Elle interroge aussi le Ministre à propos de la société Ecofrost, de sa demande d’extension et des infractions sur des captages illégaux de très grande capacité qui peuvent impacter la nappe.

Dans sa réponse, le Ministre signale que la masse d’eau souterraine RWE 013 s’étend entre Tournai et Seneffe sur près de 1.000 km2. Le Péruwelzis proprement dit ne constitue que la partie sud-ouest de la nappe en question.

Dans le cadre des travaux de la Transhennuyère, cinq piézomètres de contrôle ont été réalisés sur le territoire de la commune de Péruwelz. Ce réseau de piézomètres était une réponse aux craintes exprimées par les autorités communales de Péruwelz, de voir les puits de la Transhennuyère venir tarir les nombreuses sources de la commune. Sur base des données piézométriques objectives actualisées, et du niveau particulièrement stable du puits P1 de Bon-Secours exploité par la SWDE, on observe que l’équilibre de la nappe dans le Péruwelzis sensu stricto est préservé jusqu’à ce jour.

En ce qui concerne Ecofrost, suite au constat de différentes irrégularités, notamment par rapport aux prises d’eau souterraine existantes, les autorités compétentes ont invité le demandeur à procéder au dépôt de plans modificatifs et à un complément corollaire d’étude d’incidences sur l’environnement en date du 26 septembre 2013. Au 02/03/2015, le DPA est en attente de ces plans modificatifs depuis 522 jours. Entretemps, un permis temporaire autorisant ECOFROST SA à procéder à tous les essais nécessaires à l’exploitation ultérieure d’une nouvelle batterie de prises d’eau a été délivré et est en cours de renouvellement.

Véronique WAROUX se réjouit des informations rassurantes du Ministre, contraires aux éléments alarmistes diffusés dans la presse, dû notamment à une confusion entre la nappe globale de Seneffe-Péruwelz et celle partielle du « Péruwelzis ». Elle assure également rester attentive aux prélèvements d’eau de l’usine Ecofrost.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *