La présence de plomb dans l’eau de distribution wallonne

Question du 23 avril à Monsieur DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

Un taux de plomb trop élevé, donc supérieur aux normes européennes, a été constaté dans 5,2 % des eaux de robinet de Wallonie. Cela ressort du rapport sur « la qualité des eaux destinées à la consommation humaine » rédigé par la DGO3.
La présence de plomb dans l’eau n’a rien d’anodin. Contrairement au fer et au cuivre, le plomb est considéré comme toxique.

Selon la DGO3 cela provoque de nombreux troubles tels l’anémie, troubles digestifs, des encéphalopathies, des paralysies, ainsi que des troubles mentaux.

Le taux de plomb présent dans l’eau potable était déjà trop important par le passé.
Cette présence découle des anciennes conduites en plomb qui relient les habitations à la conduite principale et les canalisations du même type effectuées dans les anciennes habitations.

Depuis 2010 nous constatons une diminution de ces conduites, mais il en reste cependant dans certaines zones.

Monsieur le Ministre peut-il faire le point sur le remplacement des canalisations ?

Combien doivent encore être remplacées ?

Quels sont les budgets consacrés à ces remplacements ?

Outre la SWDE, quels sont les efforts déployés par les autres distributeurs d’eau ?

Il existe encore plusieurs petits opérateurs dans notre région, sont-ils concernés ?

Déploient-ils également des efforts pour mettre le réseau en conformité ?

On a pu entendre des témoignages indiquant que certaines zones, je pense notamment à Seraing en région liégeoise, sont plus concernées par la présence de canalisation en plomb. Dispose-t-il d’un état des lieux précis de canalisation à remplacer ?

La majeure partie des canalisations en plomb se trouvent au-delà du compteur dans la canalisation des habitations. Envisage-t-il de renforcer les actions de communication afin d’informer les habitants sur les risques de ces conduites et les inciter à les remplacer ?

Réponse de Monsieur DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

Le remplacement des raccordements en plomb est entamé depuis 2004 et devrait nécessiter encore trois à quatre ans. Il reste encore environ 15 000 raccordements (soit environ 1 % du parc wallon), avec une longueur moyenne de 6 m, cela représente environ 90 km de canalisations encore à remplacer.

Tous les distributeurs wallons sont concernés par la problématique des raccordements en plomb et doivent poursuivre les actions en la matière. Depuis 2010, plus de 84 millions d’euros ont été consacrés au remplacement des raccordements au plomb.

Le rapport sur la qualité des eaux destinées à la consommation humaine, accessible à tous à l’adresse : http://environnement.wallonie.be/de/eso/qualite2014-2016.pdf contient en dernière page une carte reprenant la répartition géographique des raccordements en plomb.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *