La situation en Palestine

Question à M. Rudy Demotte, Ministre-Président sur la situation en Palestine. Le 14 janvier 2015, notre parlement a adopté une résolution relative à la reconnaissance de l’Etat de Palestine par la Belgique. Nous demandions à votre Gouvernement, entre autres, de saisir le Gouvernement fédéral « afin de relayer la position du Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles visant à reconnaître formellement l’État de Palestine aux côtés de l’État d’Israël et afin d’intensifier les efforts bilatéraux comme multilatéraux, en partenariat avec l’Union européenne, en vue de parvenir à cette solution politique négociée entre les parties et fondée sur la coexistence de deux États, en plaidant notamment pour l’arrêt de la colonisation, mais aussi pour l’arrêt immédiat des violences de part et d’autre ». Depuis lors, la situation ne semble guère avoir évolué malgré un certains nombres d’initiatives.

Je pense notamment au voyage récent de notre Ministre des Affaires étrangères en Israël et sa rencontre avec le chef du gouvernement, notamment pour y évoquer le développement des colonies, les destructions en Palestine de projets humanitaires, y compris des projets belges, des cas individuels de refoulement et de contrôles arbitraires de ressortissants belges voulant pénétrer le territoire.

Je pense aussi à la toute récente conférence de Paris intitulée : « Initiative pour la paix au Proche-Orient » qui réunissait 28 chefs d’Etats. En l’absence des deux principaux intéressés, cette tentative semble avoir accouché d’une souris puisqu’à part réaffirmer que la solution des deux états était « la seule façon de parvenir à une paix durable » au Proche-Orient, elle n’a pris aucun engagement.

Monsieur le Ministre-Président, que pensez-vous de cette initiative de la France menée au niveau multilatéral? Pouvez-vous nous renseigner sur les suites réservées à la proposition de résolution de notre Parlement ? Avez-vous pu saisir le Gouvernement fédéral ? Si oui, quelle a été sa réponse? Quelles sont les initiatives prises par votre Gouvernement afin de soutenir la reconnaissance d’un Etat palestinien ? Enfin, des initiatives palestiniennes soutenues par la Fédération Wallonie-Bruxelles ont-elles également fait l’objet de destructions de la part d’Israël ?

Réponse de M. Rudy Demotte, Ministre-Président. La Palestine fait partie des pays prioritaires de notre coopération et à ce titre, j’ai à cœur de voir l’accord de coopération signé le 29 janvier 2001 faire rapidement l’objet d’une procédure d’assentiment au sein du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

J’ai d’ailleurs chargé WBI de travailler, avec le partenaire palestinien, à une mise à jour de cet accord. Les actions que nous menons en Palestine s’inscrivent dans la ligne politique de la Belgique et de l’Union européenne qui vise à soutenir une solution politique négociée entre les parties, fondée sur la coexistence de deux États ; une ligne qui plaide notamment pour l’arrêt de la colonisation mais aussi pour la cessation immédiate des violences de part et d’autre.

Nous plaidons également pour la levée complète du blocus de Gaza, en conformité avec l’approche de l’Union européenne. Les efforts de reconstruction devraient y être accélérés et s’inscrire dans un cadre politique plus général de reprise du processus de paix dans la région.

Le retour de l’Autorité palestinienne à Gaza est également une priorité, afin qu’elle y exerce sa fonction de gouvernement. Comme la Belgique et l’Union européenne, nous considérons, à cet égard, que la réconciliation entre les Palestiniens est primordiale.

Les relations politiques bilatérales entre la Palestine et la Belgique sont excellentes. J’en veux pour preuve la visite du Président de l’Autorité palestinienne en février 2015 et le rehaussement du statut de la représentation diplomatique palestinienne à Bruxelles. Pour ce qui nous concerne plus spécifiquement, j’ai effectué une mission en Palestine, en juillet 2015, et le Ministre-Président wallon s’y est rendu tout récemment. Nous avons tous deux pu rencontrer le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah et pu, ainsi, réaffirmer le soutien de Wallonie et de Bruxelles au peuple palestinien. Et je n’ai pas manqué de rappeler ce soutien, ainsi que celui de notre Parlement, aux initiatives en faveur du processus de paix en vue de la reconnaissance d’un État de Palestine aux côtés de l’État d’Israël.

Cette année, la coopération Wallonie-Bruxelles avec la Palestine s’est poursuivie, non seulement en Cisjordanie mais aussi à Gaza et, à ma connaissance, les initiatives palestiniennes que nous avons soutenues n’ont pas fait l’objet de destructions de la part d’Israël. Concernant la reconnaissance de la Palestine, je vais sensibiliser à nouveau le Gouvernement Fédéral. Vous pouvez donc constater que la Palestine retient toute l’attention du Gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *