Le Classement Patrimonial du Pont des Trous à Tournai

QUESTION ORALE DE MME WAROUX À M. COLLIN, MINISTRE DE L’AGRICULTURE, DE LA NATURE, DE LA FORÊT, DE LA RURALITÉ, DU TOURISME, DU PATRIMOINE ET DÉLÉGUÉ À LA GRANDE RÉGION, SUR « LE CLASSEMENT PATRIMONIAL DU PONT DES TROUS À TOURNAI »

  Mme Waroux (cdH).
– Monsieur le Ministre, dans le cadre des travaux d’élargissement de l’Escaut à Tournai, mené par les voies hydrauliques, la démolition des arches du pont des Trous est programmée en phase 4 du chantier, soit au deuxième trimestre 2019. On sait que ces opérations sont liées à des fonds européens et donc à des calendriers à respecter. Cette destruction d’une des dernières portes d’eau médiévale d’Europe a suscité l’émoi. Après une consultation citoyenne, des ateliers participatifs et plusieurs révisions du projet de nouvelles arches, l’attachement des Tournaisiens à cet élément emblématique est toujours aussi vif. Une alerte patrimoine a été déposée chez ICOMOS International, en lien avec l’UNESCO. Une demande claire de moratoire jusqu’à fin 2019 a été adressée au Gouvernement wallon. J’en fus très étonnée, mais tous les partis en lice aux élections communales de Tournai ont affirmé soutenir cette demande. C’était donc bien avant les élections et avec un autre bourgmestre définitif, si je puis dire. Il est également question de la lisibilité historique entre le beffroi, la cathédrale et le pont des Trous, et du risque d’altération du périmètre de protection historique puisque les trois sont assemblés dans ce périmètre. Récemment, un long reportage consacré à la problématique du pont des Trous dans la presse a fait état d’une information surprenante. Il aurait été décidé de ne pas déclasser le pont, contrairement à la suggestion de la Commission royale des monuments et sites. Le classement patrimonial glisserait du pont des Trous actuel vers sa nouvelle version. On a une certaine géométrie du pont, considérée comme harmonieuse, et le classement irait sur les nouvelles arches, que certains appellent les « arches McDonald ». Ce qui est assez étonnant parce que ce n’est plus du tout le même ouvrage et la même architecture. L’article parle de pressions sur l’administration du patrimoine pour accepter cette procédure. Monsieur le Ministre, une procédure de déclassement de l’édifice pont des Trous est-elle en cours ? Si non, pourquoi ? Qui a pris la décision de maintenir son classement en dépit de la très grande modification de ses arches centrales ? L’administration du patrimoine a-t-elle reçu des pressions dans ce dossier ? Si oui, de qui, si vous pouvez le dire ? Avez-vous pris connaissance de l’alerte patrimoine d’ICOMOS ? Quelle attitude prendrez-vous à cet égard ? Quelle est votre réponse en tant que ministre du Patrimoine à la demande de moratoire ? Et celle sur les autres éléments mis en exergue ? Comptez-vous adresser une réponse formelle à cette instance ? Merci d’avance pour vos réponses.
M. le Président. – La parole est à M. le Ministre Collin.
M. Collin, Ministre de l’Agriculture, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité, du Tourisme, du Patrimoine et délégué à la Grande Région.
– Madame la Députée, ce projet d’élargissement s’intègre dans un projet plus large de liaison Seine-Escaut créant un nouvel axe de navigation reliant Paris, Anvers et Rotterdam pour des bateaux de gabarit supérieur. La Commission européenne a d’ailleurs retenu ce projet Seine-Escaut dans le cadre de la programmation RTE-T, le Réseau transeuropéen de transport, en vue d’une contribution financière sous forme de cofinancements. Le principe de cette mise à gabarit de l’Escaut a été approuvé par le Gouvernement wallon et les autorités communales de Tournai en 2007. L’élargissement des arches du pont des Trous est nécessaire selon l’auteur du projet afin d’améliorer les conditions de navigabilité sur l’Escaut au niveau de la traversée de Tournai. L’ensemble des représentants tournaisiens ont largement été présents ou représentés à chaque étape de la constitution de ce projet. D’ailleurs, vous savez également que la ville a bénéficié de larges compensations de la Région dans le cadre des travaux de réfection des quais. Les projets ont aussi été largement concertés avec les citoyens et ont même évolué afin de prendre en compte au mieux leurs avis. Pour information, l’arche centrale du pont des Trous a déjà subi des transformations. Après sa démolition pendant la guerre 40-45, elle fut reconstruite en béton armé, le tout surélevé de 2,4 mètres pour permettre le passage des péniches de 600 tonnes. Le pont des Trous a été classé d’un point de vue patrimonial pour sa valeur esthétique et scientifique. L’Agence wallonne du patrimoine n’a, à ma connaissance, pas subi de pression. Le certificat du patrimoine relatif au projet a été délivré par le Service public de Wallonie le 14 novembre 2017 et différentes instances, dont la Commission royale des monuments, sites et fouilles, ont été consultées. À cet égard, cette commission a préconisé le déclassement du bien avant l’entame des travaux. À ce jour, aucune décision n’a été prise pour le maintien ou le retrait du classement. Comme vous l’avez rappelé, un collectif de citoyens a sollicité une alerte patrimoine ICOMOS. Avec mon Collègue, le ministre Di Antonio, nous avons prévu de recevoir les représentants d’ICOMOS prochainement ; ce sera fait avant la fin du mois d’octobre. Nous pourrons à cette occasion leur exposer l’ensemble du dossier ainsi que toutes les étapes, études et consultations dont il a fait l’objet, et nous pourrons bien entendu les écouter. Compte tenu des enjeux, des budgets engagés et des contraintes européennes, une réponse au moratoire n’est pas encore à l’ordre du jour.
M. le Président. – La parole est à Mme Waroux.
Mme Waroux (cdH). – Merci, Monsieur le Ministre. Vous dites : « Les représentants de Tournai ont accompagné le projet », c’est vrai : les représentants officiels qui ont plusieurs fois changé d’avis, ce qui est vraiment très malheureux, notamment avec la consultation populaire qui a eu lieu sur deux photos qui ont été présentées aux citoyens pour le vote sur le référendum. Visiblement, il y a eu des incompréhensions et de mauvaises interprétations ensuite des conclusions de ce référendum. En tout cas, les Tournaisiens souhaitaient maintenir le monument en pierre plutôt que d’aller vers une structure métallique contemporaine. Le projet a encore été revu ; il sera certes en pierre, mais avec un graphisme fort différent. Il est intéressant de vous entendre par rapport à cette question du classement ou déclassement du bien. Les deux figures du pont… C’est vrai que l’arche centrale a été refaite après la guerre, mais, encore une fois, dans des proportions extrêmement harmonieuses. Je me pose la question concernant les arches qui vont être mises en place. J’ai appris que, quand il y a deux rives à rejoindre, il faut essayer d’assurer une connexion. Là, on va avoir trois arches qui vont accueillir la crasse entre ces arches. Il n’y aura pas de connexion d’une rive à l’autre, ce qui est assez dommage parce que, même si l’on reporte cela sur le pont Delwart, cela ne sera pas très pratique. Le fait d’entendre ICOMOS sera fort important. On est vraiment dans le troisième ouvrage emblématique de Tournai, donc les enjeux sont fondamentaux, sachant qu’il faut effectivement développer la voie d’eau. Maintenant, avoir d’immenses péniches remplies de containers à ras bord traversant Tournai… Et pour l’instant, on connaît l’impact aussi de pollution de ces péniches, émissions dans l’air et bruit en plus de l’effet sur les quais. C’est un projet qui a été mal emmanché, qui s’est mal développé et on n’a peut-être pas fini d’en parler. On se rend bien compte que les enjeux européens sont fondamentaux en matière de budget et de calendrier. On joue très serré avec des Tournaisiens prêts à s’enchaîner au pont des Trous s’il le fallait. J’espère que l’on évitera ce genre d’exercice. Merci de votre attention pour entendre les arguments d’ICOMOS. Des informations que j’ai, certains sont en train de revoir la position disant qu’il fallait retourner vers le petit contournement. C’est donc remettre le dossier à zéro, ce qui serait énorme et un gâchis. C’est une procédure décevante, notamment par rapport à Courtrai qui est à côté et qui a bien mieux géré cette histoire d’élargissement de sa voie d’eau.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *