Le Parc Pairi Daiza

Question écrite de Mme Waroux à M. Di Antonio, ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

Mme Waroux (cdH)

Je remercie Monsieur le Ministre pour sa réponse du 25 avril à ma question sur la zone d’enjeu régional (ZER) de Pairi Daiza. Je souhaiterais avoir davantage de précisions sur plusieurs éléments de celle-ci.

Tout d’abord, je salue l’élargissement du rapport d’incidences environnementales (RIE) aux aspects mobilité et environnement. Toutefois, plus l’étude est lourde, plus elle est coûteuse. Monsieur le Ministre nous indique qu’un marché public sera prochainement attribué. Peut-il nous en communiquer une estimation de prix ? Ce coût sera-t-il intégralement payé par les autorités publiques, ou le parc prend-il une partie à sa charge ?

Une étude d’incidences sur l’environnement (EIE) – plus précise que la RIE et à charge de Pairi Daiza afin d’évaluer les impacts sur la biodiversité, les déchets, la gestion de l’eau et de l’énergie, et cetera – est-elle finalement prévue à court terme ?

Au vu de l’extension de Pairi Daiza, n’y a-t-il pas lieu de revoir les rubriques de permis d’environnement pour les zoos, avec des seuils qui restent à déterminer ? Malgré l’absence d’attraction mécanique, ce parc animalier, qui vise les 3 millions de visiteurs, correspond-il encore à la définition d’une « classe 2 » ?

Par ailleurs, à la lecture de sa réponse, il semble que l’effectivité de la zone d’enjeu régional (ZER) risque d’encore prendre un certain temps. Or, entre-temps, le zoo poursuit ses projets d’extensions, notamment celle pour le parking, via des dérogations au plan de secteur.

Dès lors, Monsieur le Ministre peut-il préciser ce que permettra la ZER, que ne permet pas déjà l’application de l’article D.IV.7 du CoDT ?

N’est-il pas prémédité de répondre aux demandes de permis introduites avant l’effectivité de la ZER ? Ou, à tout le moins, ne conviendrait-il pas d’attendre les conclusions du rapport d’incidences environnementales, qui intégrera un volet mobilité ? La demande de parking de 12 500 places n’est-elle pas anticipée par rapport à cette étude, qui portera certainement une vision multimodale incluant le développement du ferroviaire ?

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *