Le recyclage des mégots de cigarette

Question du 19 juin à Monsieur DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

Fumer tue, mais fumer pollue aussi. Selon un rapport de l’OMS, les mégots de cigarette représentent 30 à 40 % des déchets ramassés sur les plages et dans les villes. Un mégot pollue, à lui seul, 500 litres d’eau, car il contient les résidus de près de 4 000 substances chimiques. Une fois jeté au sol, il met près de 15 ans à disparaître complètement.

Pour réduire cette pollution, l’entreprise française MéGo! a décidé de recycler les mégots, après les avoir débarrassés de la quasi-totalité (soit entre 90 et 100 %) des polluants qu’ils contiennent, et de les transformer en objets du quotidien.

En Wallonie, Waterloo est la première commune qui recycle les mégots de cigarettes. Ils sont collectés par la société bruxelloise WeCircular qui collabore avec la société française MéGo!, afin d’être recyclés. WeCircular discute avec d’autres villes, dont Namur, où une grande opération de ramassage de mégots de cigarettes a notamment été organisée en avril.

De son côté, la Commission européenne a proposé fin mai de nouvelles règles pour réduire la pollution des océans, dont l’obligation pour les fabricants de cigarettes de prendre en charge une partie des frais de collecte et de recyclage des mégots.

Monsieur le Ministre peut-il faire le point sur les initiatives de recyclage des mégots de cigarette en Wallonie ?

Le Gouvernement wallon soutient-il concrètement ces initiatives ?

Envisage-t-il de soumettre des propositions à ce sujet ?

Réponse de Monsieur DI ANTONIO Carlo, Ministre de l’Environnement, de la Transition écologique, de l’Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

En ce qui concerne la pollution engendrée par les mégots, une discussion est en cours entre le cabinet et le secteur du tabac afin de l’associer au financement des actions réalisées en faveur de la propreté publique notamment au niveau des mégots.

Actuellement, de nombreuses actions sont mises en place par la cellule BeWaPP – Wallonie plus propre telles que la distribution de cendriers de poche, la diffusion de spots visant à sensibiliser les citoyens qui jettent leurs mégots en rue, etc.

Lutter efficacement contre les déchets sauvages dont font partie les mégots de cigarettes nécessite d’agir sur plusieurs fronts à la fois : la sensibilisation et l’éducation, les infrastructures collectives et équipements individuels, le contrôle social, la sanction, voire la dissuasion accrue de la consommation de ce produit, et enfin le financement de la gestion des déchets par les producteurs. C’est l’objet du plan propreté intégré dans le plan wallon des déchets-ressources.

Des projets pilotes sur le recyclage des mégots existent actuellement, et pas seulement en Belgique, dans l’optique de créer des filières durables.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *