L’entretien de la RN60 entre Leuze et Péruwelz laisse à désirer

Question à M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur « l’état d’entretien de la RN60 entre Leuze et Péruwelz ».  À plusieurs reprises depuis près d’un an maintenant, j’ai été interpellée par des usagers de la RN 60 entre Leuze et Bury et principalement des conducteurs de deux-roues. Selon ces derniers, la propreté des pistes cyclables et des abords de cette voirie régionale laisse sérieusement à désirer. S’il n’y avait pas un enjeu de sécurité, je ne me permettrais sans doute pas d’interpeller Monsieur le Ministre à ce propos, mais dans le cas qui nous occupe, la situation est devenue dangereuse.

En effet, les déchets, notamment métalliques, seraient nombreux sur la voie cyclable. Si par chance, il n’a pas chuté au cours de ces incidents, ou en zigzaguant pour éviter les débris qui jonchent le bord de la chaussée, l’un des plaignants qui m’a contactée a subi, en l’espace d’un an, quatre crevaisons sur le chemin de son travail. Il m’a, systématiquement, envoyé des clichés des clous et autres résidus métalliques ayant endommagé son scooter. Un simple nettoyage plus régulier par camion-brosse permettrait sans doute, Monsieur le Ministre en conviendra, de régler ce fâcheux souci. Peut-il faire remédier à cette situation dangereuse ?

Réponse de M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. En ce qui concerne les axes structurants de la Région wallonne, comme c’est le cas pour la RN60, le trafic important et les vitesses élevées occasionnent davantage d’encrassement des pistes cyclables qui les longent. L’entretien est néanmoins effectué suivant les fréquences imposées dans ECO, programme d’entretien cyclique ordinaire, qui optimise les fréquences pour chaque type d’intervention sur le réseau. Cette optimisation vise à concilier la qualité du service rendu avec les moyens budgétaires et humains disponibles.

Dans cette optique, j’informe que l’entretien des pistes cyclables est programmé à raison de 6 fois par an pour les voiries du réseau structurant et de 2 fois par an pour les voiries du réseau non structurant. L’achat de petit matériel, type tracteur agricole, permettant de brosser les pistes cyclables est prévu prochainement, à titre d’expérience pilote, dans 2 districts du Brabant wallon. Après évaluation de son utilisation et retour d’expérience, cette initiative pourrait être étendue à d’autres districts routiers.

Je prends néanmoins bonne note des soucis récurrents sur la N60 dont fait mention l’honorable membre et je n’ai pas manqué de les répercuter à mon administration, afin qu’elle y soit particulièrement attentive.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *