Les critères qualitatifs pour la création de nouveaux quartiers

QUESTION ORALE DE MME WAROUX A M. DI ANTONIO, MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, DE LA MOBILITÉ ET DES TRANSPORTS, DES AÉROPORTS ET DU BIEN-ÊTRE ANIMAL, SUR « LES CRITERES QUALITATIFS POUR LA CRÉATION DE NOUVEAUX QUARTIERS »

Monsieur le Ministre, chaque jour, des projets de nouveaux quartiers développés par des promoteurs émergent en Wallonie. Malheureusement, il faut admettre que, trop souvent, ces projets prévoient des aménagements à l’ancienne, répondant rarement à des critères quartiers durables. Le nouveau CoDT étant sur le métier, pouvez-vous nous assurer qu’il permettra d’éviter à l’avenir le développement de telles zones urbanisées et qu’il permettra de faire émerger des quartiers durables, des écoquartiers de qualité ou des quartiers exemplaires comme on souhaite les dénommer ?

Pouvez-vous aussi nous assurer que le CoDT encadrera les promoteurs afin d’assurer des projets attentifs à la mobilité douce, la qualité des espaces publics, la qualité architecturale, la biodiversité, la gestion des déchets et des eaux, des clôtures perméables, par exemple et une gestion optimalisée du stationnement ? Quelles sont les mesures prévues à cet effet ?

Réponse de Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports, des Aéroports et du Bien-être animal : Madame la Députée, je serai moins sévère que vous : de nombreuses communes ont pas mal de projets qui sont de beaux projets, qu’elles ont l’ambition de soutenir le développement de projets de qualité, résolument contemporains et s’intégrant dans le contexte urbanistique environnant. Ceci étant, je reconnais qu’un certain nombre de projets de quartiers n’intègrent pas ou trop peu dans leur conception les paramètres qui feront la ville ou le village de demain.

Pour ma part, j’entends encourager concrètement la Wallonie dans ce processus de développement qualitatif. Mais force est de constater que la modernité ne se décrète pas. C’est au travers de projets pilotes et d’exemples que les quartiers de demain se concrétiseront. J’ai ainsi récemment approuvé le rapport urbanistique et environnemental relatif au nouveau quartier sur le site des anciennes sucreries de Genappe, projet initié par André Antoine il y a quelques années. Ce projet d’un peu moins de 300 logements se veut moderne et exemplaire, notamment en matière de compositions urbanistique et architecturale, mais aussi sur le plan de la performance énergétique des bâtiments, de la mobilité – limitation et regroupement des emplacements de parcage, mobilité vélos et piétons favorisée – aussi sur les aspects de gestion des eaux de pluie, des toitures vertes, de gestion des déchets, systèmes de tri intégré, d’agriculture urbaine avec des potagers et vergers collectifs.

Le CoDT est une boîte à outils qui aidera au développement de quartiers qualitatifs, par la primauté de son approche « projet ». Mais un code ne peut à lui seul garantir le développement de quartiers contemporains. Je lancerai, à la rentrée, un appel à intérêts visant au développement de quartiers nouveaux que je souhaite exemplaires. Ces quartiers répondront à des critères qualitatifs et développeront une qualité de composition urbanistique du cadre de vie et des espaces publics et une architecture contemporaine.

Par la qualité du cadre de vie, il faut comprendre l’intégration des milieux naturels, la qualité sonore de l’air et de la lumière, la gestion des déchets et eaux usées, la proximité des services, la mobilité douce, la garantie d’une accessibilité pour les aînés et les personnes à mobilité réduite, les espaces publics, bâtiments à utilisation rationnelle de l’espace, adaptabilité des logements, la mixité sociale fonctionnelle et générationnelle, la performance énergétique des bâtiments, le développement d’une production alimentaire de proximité – agriculture urbaine, la connectivité – quartiers intelligents, l’utilisation de matériaux de construction peu énergivores, si possible produits localement.

Par la réalisation de ces quartiers nouveaux et exemplaires, la Wallonie montrera son inscription dans son époque et sa capacité à répondre aux défis et besoins de nos citoyens. L’idée de cet appel à projets de septembre est de sélectionner sur le territoire un certain nombre de projets, de nouveaux quartiers emblématiques dits exemplaires qui pourraient servir d’exemple, car l’outil législatif, nous l’aurons. Faut-il encore qu’il y ait une vraie volonté projet par projet, vers ce type de solution plus contemporaine, plus moderne.

Réplique de Véronique Waroux.  Vous me faites rêver, Monsieur le Ministre. (Rires) Je suis très attachée à cette question des quartiers et, l’ayant vécu à mon époque communale, comme échevine de l’Urbanisme, c’est vrai que tout ne se décrète pas. Votre idée d’appel à projets sera la meilleure chose qui soit pour faire changer les mentalités et pour donner les exemples.

Il y a deux choses : c’est faire changer les mentalités des demandeurs puisque l’on a encore beaucoup de jeunes couples qui sont figés sur ce modèle des quatre façades et montrer que l’on peut très bien vivre dans des quartiers nouveaux bien conçus. C’est aussi faire changer la mentalité des promoteurs qui commencent à se rendre compte de la valeur commerciale de quartiers de qualité. Valoriser les projets intéressants, c’est ce qu’il y a de mieux, les faire visiter et puis, si l’on sait enfin arriver à la mixité sociale fonctionnelle, vous aurez bien réussi votre travail.

(photo : urbamedia.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *