Les relations de la Fédération Wallonie-Bruxelles avec Israël

Question écrite de Mme Waroux à M. Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en charge de l’Egalité des Chances et des Droits des Femmes, sur « les relations de la Fédération Wallonie-Bruxelles avec Israël ».

Mme Waroux (cdH). Tout récemment, la police israélienne a recommandé l’inculpation du Premier ministre Benjamin Netanyahou et de son épouse pour corruption et obstruction à l’enquête. Le couple est suspecté d’avoir versé des pots-de-vin afin de faire pression sur le site d’information Walla pour « publier des articles et des photos flatteuses, supprimant le contenu critiquant le Premier ministre et sa famille ». Il s’agit de la troisième fois que la police formule cette recommandation pour des délits du même type. Ces soupçons perdurent depuis des années et cette demande d’inculpation confirme la gravité des malversations dont est accusée la plus haute autorité israélienne.
Ces nouveaux faits sont-ils de nature à modifier les relations entre notre entité fédérée et les autorités israéliennes ? En vertu du principe de précaution, une prise de distance ne-s’impose-t-elle pas, a minima pour préserver notre crédibilité au niveau international ? Il s’agirait de surcroît d’un geste symbolique, certes mesuré, mais à même d’inspirer une dynamique dans le cadre de ce dossier d’importance ? Par ailleurs, avez-vous une concertation à ce sujet avec le fédéral ?

M. Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en charge de l’Egalité des Chances et des Droits des Femmes. En réponse à la question écrite de l’Honorable Membre, il n’est pas nécessaire de préciser que l’action internationale du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’inscrit dans le respect des valeurs universelles et, en l’occurrence, le soutien à des initiatives de paix.

Pour rappel, la coopération bilatérale entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et l’État d’Israël ne fait actuellement l’objet d’aucun accord formel. Le 1er octobre 2001, notre institution a signé un accord de coopération avec le Gouvernement israélien portant sur l’ensemble des compétences communautaires et régionales. Ni le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ni celui de la Wallonie ne l’ont entériné, compte tenu de l’impasse dans laquelle s’est engagée la mise en œuvre du processus de paix.

Dans ces conditions, l’assentiment à l’accord de 2001 ne sera pas porté à l’ordre du jour de notre gouvernement tant que celui conduit par M. Benjamin Netanyahou refusera de s’engager à faire un pas en direction de la paix, ce qui passe par une reconnaissance de la Palestine, ainsi que, bien sûr, par le respect du droit international et du peuple palestinien. Nous considérons que la situation désastreuse sur le terrain et l’absence de respect des principes élémentaires des conventions de Genève prescrites en cas de conflit conduisent actuellement à l’impossibilité d’établir et d’entretenir une coopération officielle.

Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles continue néanmoins de soutenir la société civile israélienne. À titre d’exemple ‑ et bien qu’ils ne soient pas nombreux ‑, nous favorisons et soutenons les projets culturels, notamment la présence d’artistes de Wallonie et de Bruxelles sur la scène culturelle israélienne. C’est ainsi que le spectacle « Entre Nous » du duo « Carré Curieux » a été performé dans le cadre du White Night de Tel-Aviv et qu’en 2017, la compagnie de danse contemporaine Irène K a participé au festival de danse « Adama » dans la ville de Sderot. Ce déplacement est intervenu dans le cadre d’un programme d’échanges entre les deux compagnies.

Par ailleurs, lors de ma mission de juillet dernier en Palestine, j’ai également eu l’occasion de rencontrer la société civile israélienne représentée par diverses ONG’s qui œuvrent en faveur de la paix.

J’ajouterai pour finir, que, de notre côté, nous essayons toujours et autant que faire se peut de nous coordonner avec les différents niveaux de pouvoir.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *