L’intermodalité du zoning Polaris

Question à M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur l’intermodalité du zoning Polaris. A l’heure où nous ne cessons de marteler l’importance d’une économie plus durable, d’une transition de nos modes de vie, de consommation et de production, où nous investissons des sommes considérables pour l’élargissement de nos voies d’eau, comme celle de l’Escaut, comment pouvons-nous encore accepter qu’un zoning de 100 hectares qui a la chance de se trouver à la croisée d’une autoroute et d’un canal, que ce zoning, qui n’est pas encore mis en œuvre, ne comportera aucun accès au canal en question ?

Monsieur le Ministre l’aura compris, j’évoque ici le cas de la ZAE Polaris, implantée à proximité directe du canal Nimy-Péronnes d’une capacité de 1350 tonnes, comme il a pu le constater de visu lors d’une visite de terrain.

Alors que ce canal est fonctionnel, et qu’une liaison à celui-ci serait indéniablement un atout pour les futures entreprises qui s’implanteront, tout comme pour le transport des déchets gérés par l’intercommunale IPALLE, aucune connexion n’a été retenue par l’intercommunale de Développement économique IDETA.

La raison avancée est la suivante : l’inscription d’une zone portuaire aurait nécessité l’expropriation du hameau de Boiterie, selon l’étude d’incidences sur l’environnement. Notons que « l’incidence sur l’environnement » sera bien supérieure par le nombre de camions nécessaires pour remplacer le transport par péniche.

Fondamentalement, une zone de réservation au plan de secteur, classée actuellement en « zone d’habitat à caractère rural », mais à ce jour non bâtie, aurait suffi à relier la ZAE aux abords du canal. Même si le choix de l’intercommunale a été entériné par le Gouvernement wallon précédent dans un souci de cohérence, n’est-il plus possible de prévoir cette zone de réservation, au moins pour une connexion future ?

Il n’est pas trop tard pour corriger une mauvaise décision et ainsi éviter de construire au XXIe siècle de nouveaux zonings d’une autre époque ? Par ailleurs, Monsieur le Ministre peut-il par la même occasion nous faire le point sur l’équipement de Polaris ? La presse nous apprenait récemment que l’entreprise TRBA comptait s’y installer. Peut-il nous en dire plus ? Quel est le calendrier ? Quid, enfin, de la voirie de contournement RN 60e ?

Réponse de M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. Comme déjà évoqué dans une précédente réponse, en date du 16 juin 2015, le Gouvernement a décidé, lors de la réservation du plan de secteur et sur proposition de l’IDETA, d’inscrire deux zones de services publics et d’équipements communautaires le long de la voie d’eau.

En effet, ceci garantit le caractère d’utilité publique et l’intérêt général que devront poursuivre les activités qui s’y développeront et ce, de façon à préserver la possibilité d’assurer à plus long terme une desserte multimodale malgré les conclusions aujourd’hui peu favorables au vu des éléments détaillés par l’IDETA et confirmés par l’étude d’incidences sur l’environnement.

Au niveau des raccordements à la voie d’eau, il n’en reste pas moins essentiel de ne les opérer qu’à la condition d’y trouver un intérêt économique et une ou des entreprises ayant un projet suffisamment intéressant pour justifier la construction d’un raccordement. En présence de tels éléments, mon administration, en l’occurrence la Direction Générale Opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques, ne peut que confirmer qu’elle s’applique à offrir des infrastructures correspondant aux besoins des entreprises et œuvrant au développement économique de la Wallonie.

Selon les informations transmises par l’IDETA, il apparaît qu’en effet qu’une pré-réservation de parcelle a été accordée dans le nouveau parc « Polaris » à l’entreprise TRBA.

Enfin, en ce qui concerne la voirie de contournement est de la RN60, l’étude avance bien. Plusieurs réunions ont eu lieu avec la Ville de Péruwelz, le service travaux et IDETA entre autres. Une nouvelle réunion de présentation du projet devrait avoir lieu prochainement en vue de l’introduction de la demande de permis d’urbanisme. En fonction de l’évolution des procédures administratives, une adjudication pourrait être envisagée fin 2017 et un démarrage des travaux au printemps 2018.

Je rappelle qu’un montant de 2.8 millions euros est prévu au Plan Infrastructures 2016-2019 pour la réalisation de ce contournement, qui comprendra l’aménagement de 2 giratoires, d’une voirie à 2 voies de circulation avec berme centrale herbeuse réservée aux impétrants et d’une plantation d’arbres d’alignement.

1 réponse
  1. DELGUSTE Bernard dit :

    Mme Waroux a raison : nous en restons toujours au « tout à la route », donc à une politique rétrograde qui n’apporte aucune solution durable. Des fonctionnaires bornés, point ! Quant aux compétences et à l’esprit d’ouverture de l’IDETA, on repassera !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *