Les objectifs de développement durable

Question à M. Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal, sur « les objectifs de développement durable ». Monsieur le Ministre, notre pays est signataire de l’accord de New York relatif aux 17 objectifs de développement durable, comme tous les pays de l’ONU. Les politiques développées au niveau des entités fédérées et du Fédéral sont impliquées, chacun ayant à soutenir un travail engagé et dans une collaboration constructive afin de remplir ces objectifs dictés. Cela passera notamment par une modification de nos modes de consommation et de production actuels. Le but est d’éradiquer l’extrême pauvreté et de favoriser notamment le développement humain.

Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous faire le point sur les politiques portées par la Wallonie dans ce cadre ? Où en est aujourd’hui la seconde stratégie wallonne de développement durable ? Est-elle à présent finalisée ?

Je pense que vous allez nous en parler dans 15 jours. Quelle méthodologie a été utilisée pour la structurer ? Quand sera-t-elle mise en œuvre ? Enfin, une charte belge pour promouvoir les objectifs de développement durable vient d’être signée par plus de 80 entreprises, récemment. La Wallonie est-elle impliquée dans la mise en œuvre de cette charte ? Pouvez-vous nous en dire davantage à ce sujet ?

Réponse de M. Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal. Madame la Députée, la deuxième stratégie wallonne de développement durable a été adoptée par le Gouvernement le juillet 2016 après une large consultation publique. Elle s’inscrit dans le programme de développement durable des Nations unies à l’horizon 2030 et y accorde une place toute particulière. En effet, j’ai présenté ces 17 objectifs et les cibles qui y sont associées dans le troisième chapitre. Ce dernier est consacré aux objectifs à atteindre à court et moyen termes. Placer là ces objectifs de l’ONU vise, à la fois, à les faire connaître en Wallonie, mais aussi à évaluer nos progrès en la matière.

Comme le prévoit le décret, la deuxième stratégie wallonne de développement durable est organisée en quatre chapitres, à savoir : la vision à long terme ; un diagnostic des acquis et faiblesses ; les objectifs intermédiaires déjà mentionnés et le plan d’action. Ce dernier vise la mise en œuvre d’une centaine d’actions contribuant à réaliser certains des 17 objectifs. Ce plan est ciblé sur les lignes politiques prioritaires définies par le Gouvernement. Ces thématiques portent sur le changement des modes de consommation et de production en matière d’alimentation, d’énergie et de ressources.

Transversalement, il est également question des dynamiques participatives, de l’information et de la sensibilisation, de l’éducation et de la recherche, de la responsabilité sociétale des organisations privées et publiques, des marchés publics durables ou encore de l’implication de la Wallonie au niveau international. Cette stratégie wallonne de développement durable vise, en complément avec d’autres plans d’actions du Gouvernement, à contribuer à la réalisation de ces objectifs, et à participer à cet ambitieux programme multilatéral.

La mise en œuvre de la stratégie a déjà débuté pour se prolonger durant les trois prochaines années. Chaque ministre au sein du Gouvernement porte une série d’actions en lien avec ses compétences, moi y compris. Je me charge également de la coordination globale et de son suivi. Concernant mes actions, je n’en citerai que trois récentes : la fête du développement durable au PASS le 2 octobre dernier, ce qui a permis de réunir pas d’acteurs de la thématique ; les Regal Days, sur les gaspillages alimentaires, qui ont eu lieu mi-octobre 2016 ; l’appel à projets Wallonie/Demain qui vise à soutenir des projets exemplatifs, participatifs et innovants, orientés vers une transition de nos modes de consommation et de production.

Nous avons reçu 67 projets qui sont en phase d’évaluation participative sur les réseaux sociaux. Cette évaluation implique les participants eux-mêmes et l’ensemble des gens qui ont déposé des projets. En ce qui concerne la charte belge pour promouvoir les objectifs de développement durable à laquelle vous faites référence, il s’agit d’une initiative du ministre fédéral de la Coopération au développement. La Wallonie n’a pas été associée à son élaboration. Cette charte vise à promouvoir les objectifs de développement durable et à faire en sorte que les actions des 80 signataires – entreprises belges, acteurs de la coopération au développement, société civile et secteur public – se renforcent mutuellement au profit d’un développement durable, dans notre pays, mais aussi dans les pays partenaires de la politique belge de développement.

Réplique de Véronique Waroux. Merci, Monsieur le Ministre, pour vos réponses. J’ai été particulièrement étonnée quand j’ai vu l’étendue de ces fameux objectifs, l’étendue des domaines concernés par les 17 objectifs de développement durable. Ce que vous pourrez nous en dire et nous présenter étonnera pas mal de gens. Cela permettra de se rendre compte que cette notion de développement durable sort largement du cadre strict de l’environnement, mais touche à des valeurs essentielles aussi au niveau de la santé, de l’éducation et à toute une série d’autres paramètres.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *