Le plus grand parc éolien de Belgique

Question à M. Carlo DI ANTONIO, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal, sur « le plus grand parc éolien de belgique ».  Monsieur le Ministre, il y a quelques jours, vous inauguriez sur les communes de Dour, Quiévrain et Hensies, ce qui est désormais le plus grand parc éolien de Belgique. Celui-ci compte à présent 18 mâts pour une puissance totale de près de 40 mégawattheures, pour une production estimée à 90 millions de kilowattheures par an. De plus, près de 41 000 tonnes de CO2 seront évitées annuellement. Le développement de ce parc a notamment été favorisé par la participation citoyenne, les communes et les riverains ayant été impliqués.

S’il y a quelques années, l’implantation d’éoliennes connaissait un développement trop incertain, nous ne pouvons que saluer et encourager la mise en œuvre d’un tel projet. Le vent semble tourner grâce à votre politique en matière d’implantation d’éoliennes et nous nous en réjouissons. Il s’agit d’assurer la sécurité de l’approvisionnement en énergie tout en protégeant l’environnement.

Cependant, il faut continuer à mettre tout en œuvre pour atteindre les objectifs en termes de production d’énergie renouvelable – et au moins, l’éolien, cela va.

Monsieur le Ministre, dans ce cadre, cette piste de la participation citoyenne est intéressante. Pouvez-vous nous en dire davantage sur celle-ci ? De quelle manière les citoyens peuvent-ils être responsabilisés et prendre part à ce type d’installation ? Quels sont exactement vos objectifs en termes d’installations d’éoliennes ?

Cet actuel « plus grand parc » risque-t-il d’être concurrencé ? Le décret éolien devrait lui aussi faciliter l’implantation de mâts. Qu’en sera-t-il exactement ? Qu’est-il prévu dans celui-ci ? Enfin, pouvez-vous nous faire le point, d’une manière générale, sur le nombre d’éoliennes actuellement installées en Région wallonne et sur leur capacité de production ?

Réponse de M. Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports et du Bien-être animal. Madame la Députée, l’inauguration de ce plus grand parc éolien onshore de Belgique témoigne de la reprise du secteur et de l’avancée de la Wallonie vers l’atteinte de ses objectifs en matière d’énergie renouvelable. D’autres grands parcs suivront, notamment en raison des avancées approuvées par la présente commission il y a deux semaines, et portant sur la durée des permis. Les objectifs en termes d’installations éoliennes fixés par le Gouvernement sont de 2 437 gigawattheures en 2020 et 4 134 gigawattheures en 2030.

Une de mes priorités est d’actualiser les outils afin de répondre aux besoins du développement de ces énergies renouvelables. Ainsi, le Code de développement territorial, actuellement examiné, apporte de nombreuses avancées facilitant notamment l’implantation des éoliennes au regard des prescriptions du plan de secteur. Ces avancées nécessitent une actualisation du cadre de référence approuvé en 2013. Par ailleurs, certains critères de ce cadre, tels que la distance par rapport aux infrastructures, sont actuellement réévalués par les instances concernées. Enfin, il importe de clarifier la valeur de ces critères pour nos concitoyens.

Le décret éolien et ses mesures d’exécution viseront à :

  • Encadrer l’implantation des éoliennes en actualisant les critères essentiels du cadre de référence ;
  • Favoriser l’investissement des pouvoirs publics et des riverains dans les parcs éoliens.

Je constate que les meilleurs projets éoliens sont ceux développés en concertation avec les communes et les citoyens, et ce, le plus en amont possible. Aujourd’hui, il existe une plus large adhésion de la population en ce qui concerne la nécessité de produire davantage d’énergie renouvelable. Plusieurs communes mènent une réflexion constructive et responsable sur la thématique des énergies renouvelables. En outre, la participation dans un projet éolien est un investissement judicieux. Différentes instances sont actuellement consultées afin de réexaminer l’ensemble des principes du cadre de référence.

Concernant le nombre d’éoliennes installées en Wallonie et leur capacité de production, l’ASBL APERe, dans le cadre de sa mission pour la Wallonie, réalise actuellement ses statistiques semestrielles. Celles-ci seront arrêtées au 30 juin prochain. Le facilitateur éolien procède en ce moment à l’actualisation des statistiques concernant l’état d’avancement des projets éoliens. Selon les derniers chiffres communiqués par l’APERe, sur les 33 éoliennes recensées en cours de construction le 31 décembre 2015, une petite dizaine serait en fonctionnement, plusieurs chantiers étant toujours en cours à ce jour.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *