La situation dans le centre de la République Démocratique du Congo

Question à M. Rudy Demotte, Ministre-Président, sur « La situation dans le centre de la République Démocratique du Congo ». Des témoignages effroyables nous parviennent d’habitants du Kasaï, forcés de fuir en Angola pour échapper aux combats qui font rage dans le centre de la République démocratique du Congo (RDC). Les miliciens seraient les partisans de Kamwina Nsapu, un chef coutumier du Kasaï central en conflit avec les autorités de Kinshasa, tué en août dernier par les forces de l’ordre. Depuis sa mort, ses adeptes affrontent la police et l’armée dans quatre provinces du centre de la RDC, semant la terreur parmi la population. Selon l’ONU, ces affrontements ont déjà fait des centaines de morts et causé l’exode de plus d’un million de civils.

Monsieur le Ministre-Président, la FWB a-t-elle des partenariats avec des organismes implantés dans ces contrées ? Si oui, nos contacts sur place sont-ils sains et saufs ? Quel est l’impact sur les projets ? Que pouvons-nous faire pour les soutenir ? Avez-vous des contacts avec le Ministre des Affaires étrangères sur la situation ? Avez-vous des contacts avec les hautes autorités congolaises afin de réprimer les actes atroces qui se déroulent au Kasaï ?

Réponse de M. Rudy Demotte, Ministre-Président. Les informations sur situation humanitaire et sécuritaire qui prévaut actuellement dans les Kasaï sont effectivement extrêmement préoccupantes. Certains citent le chiffre de 3 300 morts depuis août 2016 et de 400 000 enfants sous alimentés.

Je ne peux donc qu’adhérer à la récente déclaration commune de L’Union africaine (UA), des Nations unies (NU), de l’Union européenne (UE), et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui et je cite «  se disent préoccupés par l’évolution de la situation en République démocratique du Congo (RDC)et dans les Kasaï en particulier exhortent les forces de défense et de sécurité à la retenue dans les efforts visant à restaurer l’ordre dans lesdites provinces et encouragent la poursuite du dialogue entamé récemment, entre le Gouvernement et la milice Kamuina Nsapu, afin de trouver une issue pacifique à cette dramatique situation. Elles rappellent en outre l’impératif de la conduite d’une enquête crédible pour faire la lumière sur les violations des droits humains et poursuivre en justice ceux qui en sont les auteurs. À cet égard, elles se félicitent des mesures annoncées par le gouvernement et attendent avec intérêt leur suivi ».

Les Kasaï n’étant pas repris dans les zones de concentration géographique de notre coopération bilatérale directe, à l’exception de quelques interventions dans le secteur culturel, à l’initiative de notre Centre Wallonie-Bruxelles comme par exemple le soutien au festival Showa, il n’y a aucun projet actuellement en cours.

De même le projet « insertion socio-prof scolaire et familiale d’enfants en situation de rue en RDC «  mené dans le cadre des programmes de coopération indirect par Dynamo international et son partenaire du CATSR a pris fin en 2016. Notre Délégation à Kinshasa maintient toutefois le contact avec ses différents partenaires et selon les informations qu’elle nous a communiqué, si les nouvelles sont toujours aussi alarmantes, nous n’avons à ce jour, heureusement, aucune victime à déplorer parmi ceux-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *