Un sommet wallon pour mettre en oeuvre les accords la COP21 ?

Question à M. Paul Furlan, Ministre des Pouvoirs locaux, de la Ville, du Logement et de l’Energie sur « Un sommer wallon pour la mise en oeuvre de l’accord de Paris sur le climat ». Monsieur le Ministre, hier, nous avons appris par la presse que la Flandre allait organiser son propre sommet sur le climat, un sommet sociétal. Ainsi, le 14 avril, à Malines, 350 professionnels se retrouveront pour discuter de mesures à prendre contre le réchauffement climatique. Cette démarche est directement issue de l’accord de Paris sur la COP21. En effet, les pays signataires sont tous chargés d’établir un programme de lutte contre ce réchauffement climatique. Les Régions sont également partie prenante dans cette démarche.

C’est ainsi que je reviens vers vous par rapport à la Wallonie, Monsieur le Ministre. Quelles sont vos propositions concrètes en matière de lutte contre le réchauffement ? Comment atteindra-ton les objectifs de la COP21? Quel est ce calendrier ? Quels sont vos échanges avec le ministre de l’Environnement ? Quels sont également vos échanges avec les autres entités ? On avait eu pas mal de complications en matière de burden sharing et tout n’est pas encore réglé ? C’est pour cela qu’il est important aussi en Wallonie de rencontrer des professionnels. Il y a toute une série de points à régler en matière d’énergie renouvelable ou d’efficacité énergétique. On pensera au mécanisme du tiers investisseur, au plan Air-Climat-Énergie, à l’Alliance emploi-environnement, ou des accords de branche simplifiés. Dans ce contexte, je me permets de vous proposer la tenue d’un sommet wallon. Je voulais entendre vos réponses à ces questions et à cette proposition.

Réponse de M. Paul Furlan, Ministre des Pouvoirs locaux, de la Ville, du Logement et de l’Énergie. Madame la Députée, j’ai lu, tout comme vous, la volonté du Gouvernement flamand d’organiser un sommet dans le suivi de la COP21. D’après les informations que j’ai, cela part un peu en ordre dispersé. À ce stade, il m’apparaît que l’on est plutôt dans – je n’oserais pas dire l’effet d’annonce – une annonce qui a un certain effet. Nous avons choisi une autre voie en Wallonie, à l’initiative du ministre-président, tant vous avez rappelé que le suivi de la COP21 n’intéresse pas que le ministre de l’Énergie, mais il est à ce point transversal que le ministre-président a souhaité – je l’en remercie – organiser un Gouvernement spécifique de suivi de COP21 où sera abordé l’ensemble des problèmes que vous souhaitez, non seulement dans les matières qui sont les miennes, à savoir l’énergie, mais également le logement, le tiers investisseur, la manière d’investir dans les bâtiments publics, la tarification notamment de l’électricité, ce que l’on fera dans le Plan de lutte contre la pauvreté.

Pour les matières qui m’intéressent, je ne sais, à ce stade, avant le Gouvernement, que de vous allécher par le menu. Je sais que vous suivez cette problématique avec beaucoup d’intérêt. Mes collègues ne sont pas en reste, et surtout M. le Ministre Di Antonio, puisque dans leur matière, que ce soit transport, en environnement, ils ont aussi beaucoup de choses à dire et à proposer. Les intercabinets et les groupes de travail vont bon train. Nous espérons bien être en ordre de bataille pour proposer un plan wallon suivi COP21 dès le Gouvernement du 21 avril, date symbolique s’il en est puisque c’est celle du printemps.

Réplique de Véronique Waroux. Monsieur le Ministre, merci pour les réponses. Vous parlez d’ordre dispersé en Flandre. Il n’empêche qu’ils ont fixé une date avec une très large participation avec des professionnels. Il y aura des chefs d’entreprise, des syndicats, des universitaires, beaucoup de représentants différents qui pourront discuter des différentes mesures à prendre. Il faut savoir aussi qu’apparemment au deuxième semestre est déjà programmé pour novembre en Flandre. Ici, vous me parlez d’un sommet gouvernemental ; l’élargir à des professionnels aussi en Wallonie pourrait être extrêmement intéressant. La COP21 n’était pas un aboutissement, mais bien le début d’actions importantes à prendre, où la participation citoyenne est fondamentale. Nous avons beaucoup d’acteurs de terrain qui pourront aussi enrichir les discussions.

Réplique de M. Furlan. Il est évident que, pour préparer ce Gouvernement COP21, chacun des ministres et moi-même avons à cœur de rencontrer l’ensemble du monde des spécialistes, en ce compris le monde associatif, notamment tous ceux qui nous ont accompagnés à la COP21 de Paris. Je les informe régulièrement de l’état d’avancement du travail. Il n’est peut-être pas exclu – je ne peux pas vous donner les conclusions du Gouvernement du 12 avril – qu’après ce Gouvernement du 21 avril, il y ait alors une manifestation de plus grande ampleur pour discuter de la stratégie du Gouvernement. Je persiste à dire, mes collègues en seront d’accord, que nous avons une longueur d’avance, que derrière il y a des défis, mais il y a aussi des enjeux économiques et sociaux et que le Gouvernement wallon veut les rencontrer.

Conclusion de Véronique Waroux. S’il y avait un sommet – je n’ai pas eu la chance de vous accompagner à Paris – en Wallonie, sans problème, j’y participerais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *