La stabilité de la tour sud du Pont des Trous, à Tournai

Question à M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur « La stabilité de la tour sud du Pont des Trous, à Tournai »Le Pont des Trous de Tournai est un des plus vieux vestiges de l’architecture militaire médiévale de Belgique, construit de 1281 à 1329. Ce monument est unique dans le pays, car il constitue le plus ancien pont militaire actuellement conservé en Belgique, ceux de Gand et de Courtrai datant du XVIè siècle. Le Pont des Trous de Tournai défendait le cours de l’Escaut en aval de la ville.

À l’origine, seules deux tours circulaires étaient présentes. Tours qui furent ensuite reliées par trois arches identiques en arc brisé. Une toiture a également été placée au-dessus des arches, mais elle a aujourd’hui disparu tout comme les créneaux couronnant vraisemblablement les tours.

La tour de la rive gauche ou rive sud (Tour du Bourdiel) a été construite en 1281, tandis que celle de la rive droite (Tour de la Thieulerie) date de 1304. Les tours sont plates du côté de la ville et arrondies vers la campagne pour mieux résister aux boulets de canon.

À travers le temps, le pont a subi diverses adaptations, dont celles liées à la construction des quais sous la période Louis XIV. À cette occasion, l’arche centrale a été élargie pour les besoins déjà de la navigation.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, en 1940, l’arche centrale a été détruite par un dynamitage. Lors de la reconstruction du pont entre 1947 et 1949, les tours ont été surélevées de 2,40 m pour répondre à l’évolution de gabarits des péniches. Véritable prouesse technique à l’époque. L’arche centrale fut une nouvelle fois élargie.

Dans le cadre du projet Seine Nord-Europe, l’architecture du pont est à nouveau remise en cause. Divers projets d’aménagement visent à élargir l’arche centrale, voire la supprimer complètement. La décision sur l’aménagement vient d’être prise, après de longs débats animés. Le Pont des Trous est sur la liste des bâtiments classés de Belgique depuis 1991.

L’objet de mon intervention porte sur la stabilité de la Tour Sud, ou Tour du Bourdiel. La Tour Sud présente en effet des signes qui peuvent inquiéter comme de larges fissures, notamment provoquées par une végétation abondante laissée en place. La non-verticalité de l’édifice témoigne d’une « mise en équilibre » spontanée avec le sommet se penchant vers l’Escaut. Divers signes indiquent que la tour vrille sur elle-même.

Comme elle est un point d’ancrage des arches, toute intervention sur la partie centrale du Pont des Trous devra bien évidemment tenir compte de l’état de la Tour Sud.

Vu les fissures qui entrouvrent la tour, je m’étonne même que l’accès des piétons soit laissé libre alors que des clés de voûte menacent, avec évidence, de s’écrouler. Le Pont des Trous est un ouvrage cher au cœur des Tournaisiens. Il est classé et mérite donc une attention et un entretien urgent indispensable, en dehors des travaux d’élargissement de l’Escaut.

Les Services du patrimoine ont-ils connaissance du besoin d’entretien urgent de ce monument ? Dans l’affirmative, ont-ils réalisé une étude sur l’étendue des travaux nécessaires ? Ceux-ci ont-ils pu être estimés ? Les travaux de stabilisation de la Tour Sud pourront-ils être rapidement entamés ou seront-ils intégrés dans les travaux d’élargissement de l’Escaut. Dans ce dernier cas des travaux urgents sont-ils prévus pour stabiliser le monument ? 

Réponse de M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. Le Pont des Trous, qui est effectivement un bien classé et une figure emblématique et historique de la Ville de Tournai, a fait l’objet d’une inspection technique en janvier 2013 dans le cadre de l’élaboration de la fiche sanitaire de l’ouvrage en vue de l’obtention d’un certificat de patrimoine.

Chaque partie de l’édifice a été inspectée par le bureau d’études en charge de la modification de l’ouvrage dans le cadre de la modernisation de la traversée de Tournai et ce rapport a conclu à un bon état général du bien.

Nonobstant cette conclusion, des travaux d’entretien à caractère non urgent doivent être effectués avant 2020. Ces interventions, estimées à un peu plus de 500.000 euros, dont 200.000 euros pour la Tour rive gauche (porte de Bourdiel), consistent, entre autres, à enlever la végétation, à réparer ou à remplacer des pierres abimées, à rejointoyer, à consolider l’angle supérieur droit de la façade sud-ouest de la Tour Bourdiel et à traiter les ferronneries et menuiseries.

Ces travaux se feront dans le cadre de l’adaptation du Pont des Trous en vue de la modernisation de la Traversée de Tournai à la classe Va. Il serait peu pertinent, budgétairement parlant, de procéder à des travaux en des temporalités différentes, alors qu’il n’y a pas, a priori, d’urgence impérieuse.

Par ailleurs, il est utile de préciser que les deux tours de l’ouvrage sont indépendantes structurellement de la coursive et des arches. 

Enfin, en termes d’accessibilité, le Pont des Trous a été remis en gestion à la Ville de Tournai par le biais d’une convention, datant de 1986, d’autorisation d’occupation de la superstructure. L’utilisation du bien est réservée à des fins culturelles sous la seule et entière responsabilité de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *