Projet Seine Escaut: le Ministre PREVOT introduit la demande de permis, l’avis des Tournaisiens sera pris en compte

Le Pont des Trous actuel
Véronique WAROUX apprécie la conciliation entre l’opinion des Tournaisiens sur le devenir du Pont des Trous et le développement de la mobilité fluviale sur le canal Seine-Escaut

Maxime PREVOT, Vice-président du Gouvernement et Ministre wallon des Travaux publics en charge des Voies hydrauliques (cdH) a annoncé ce mardi 4 août 2015 l’introduction de la demande du permis d’urbanisme relatif à la Traversée de Tournai. Parmi les travaux sollicités, la demande prévoit l’aménagement du Pont des Trous, en version « résille », soit l’option contemporaine telle que souhaitée jusqu’à présent par le Collège communal tournaisien. Toutefois, le Ministre pourra tenir compte du résultat de la consultation populaire des Tournaisiens sur cette question le 25 octobre, en cas de demande du Collège communal, et  modifier la demande de permis pour le Pont des Trous. En tant que Députée de Wallonie picarde, Véronique WAROUX (cdH) se réjouit de l’avancée administrative dans ce dossier important, en conciliant les intérêts des Tournaisiens et le développement de la mobilité fluviale.

(suite…)

Intégrer des clauses environnementales dans les marchés d’entretien routier

Constatant ces dernières semaines nombre d’abattages d’arbres, le long des autoroutes E42 et de E19, j’ai interrogé le Ministre Maxime Prévôt sur la destination et la valorisation de ce bois, ainsi que sur la prise en compte des périodes de nidifications dans la planification de ces travaux. Le Ministre m’a répondu que la valeur marchande du bois entrait en ligne de compte dans les offres de prix remises par les entreprises. Les offres peuvent même être négatives: tout bénéfice pour les finances publiques !
Les arbres abattus sont valorisés sous forme de copeaux de bois pour une réutilisation sur des chantiers de plantation et/ou sous forme de rondins de bois ou de plaquette pour être utilisés comme combustible de chauffage. En réponse à ma question, il ajoute que qu’il « n’y a pas encore de clauses environnementales dans les marchés d’entretien routier et ce serait éventuellement intéressant d’en inclure pour les prochains marchés. Une réflexion est en cours à ce sujet. »
De plus, les abattages initiés en particulier par les Directions des routes de Mons et Charleroi étaient planifiés jusqu’au 15 avril au plus tard, soit avant la période de nidification. Je me réjouis de cette prise en considération de l’environnement et de la biodiversité dans de tels marchés. Un bon signal.