La traversée de Halle

Question à M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur la traversée de Halle. Je reviens vers Monsieur le Ministre à propos de l’éternel problème du goulot d’étranglement que représente la traversée de Halle pour les automobilistes de Wallonie picarde et d’une partie du Centre, pour se rendre à Bruxelles.

Je ne vais pas lui rappeler le problème et ses rétroactes, qu’il connait, mais juste insister sur le fait que si le temps de parcours est déjà très long aux heures de pointe en temps normal, en cas d’accident comme ce fut le cas en ce 3 mai en matinée, les répercutions sont évidemment démultipliées. La semaine précédente, la neutralisation d’une bande à hauteur du 3e carrefour, pour quelques travaux d’entretien de la végétation visiblement, avait également un impact exponentiel sur la longueur de la file.

On se demande également si les nombreux promeneurs du bois de Halle, connu pour ses parterres de jacinthes sauvages qui éclosent au printemps, n’en repartent pas avec un bon bol de pollution plutôt que d’air pur dans les poumons ! Mais les premières victimes de ces émanations toxiques sont évidemment les riverains de ces feux. À ce titre, le manque d’empressement de la Région flamande à mettre en œuvre une solution est incompréhensible.

Quelles sont les avancées en la matière depuis sa réponse à la question de mon collègue François Desquesnes à ce propos en novembre dernier ?

Nous avons bien compris qu’il ne fallait pas compter dans l’immédiat sur une mise en œuvre de la solution idéale à 300 millions d’euros pour l’instant.

Où en sont les études de projets alternatifs ?

Comment cela peut-il prendre autant de temps ?

En parlant de travaux en 2019, son homologue flamand semble mettre le problème au frigo pour le Gouvernement suivant, qui pourra faire de même et ainsi de suite.

Monsieur le Ministre a-t-il abordé ce sujet lors d’un comité de concertation plus récent ou compte-t-il le faire ?

Réponse de M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur la traversée de Halle. Lors de notre rencontre d’octobre 2016, le Ministre Ben WEYTS m’a annoncé que la Région flamande allait mettre en œuvre plusieurs mesures de court terme, moins onéreuses que la solution idéale initialement envisagée et n’hypothéquant pas le projet global. La priorité serait ainsi donnée à la suppression des 3 carrefours à feux par la réalisation d’aménagements sur ou sous chacun d’entre eux et à l’amélioration de l’échangeur avec le R0.

Il s’agirait entre autres de la réalisation d’une passerelle cyclopiétonne pour le carrefour Halleweg, de la réalisation d’un tunnel de 300 m sous la N28 et d’une solution pont ou tunnel pour le carrefour Rodenemweg.

Ce genre d’investissements nécessite des études, l’obtention de permis d’urbanisme et la passation de procédures de marchés publics. Il est donc illusoire de croire que ce type d’aménagements puisse être réglé en quelques mois.

Les mesures présentées permettront d’améliorer nettement la fluidité du trafic dans la traversée de Halle ainsi que de réduire le temps de parcours des nombreux usagers wallons qui empruntent quotidiennement cet axe routier pour se rendre à Bruxelles.

Je précise que l’objectif annoncé du Ministre WEYTS consistait à faire réaliser ces travaux avant les élections de 2019.

Il n’y a donc à ce stade aucun motif pour aborder de nouveau ce point en comité de concertation.

Je reste néanmoins attentif au bon aboutissement de ce dossier, pour que ces aménagements, cruciaux pour la Wallonie picarde, puissent être réalisés, comme cela m’a été annoncé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *