Le dispositif des voitures-radar

Question à M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur le dispositif de voitures-radar. La France a décidé de se doter de plus de 300 voitures de police banalisées équipées de radars embarqués. Elles seront désormais conduites par des prestataires privés et devront rouler huit heures chaque jour. Au lieu de deux agents des forces de l’ordre, un chauffeur privé tiendra désormais le volant.

La création d’emplois de chauffeurs privés et le dégagement de temps permettant aux policiers de se concentrer sur d’autres missions, comme le contrôle d’alcoolémie et la lutte contre le terrorisme, sont mis en avant. Les syndicats policiers s’inquiètent toutefois de la perte de missions régaliennes.

 Un tel système de voiture-radar est-il envisagé en Wallonie ? 

La privatisation d’un tel secteur est-elle légale ? 
Et si oui, est-elle souhaitable ?

Réponse de M. Maxime PREVOT, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. 
Je rappelle tout d’abord que le contrôle de la vitesse est de la compétence des forces de police, sous le contrôle du fédéral. 

Le principe des voitures radars est d’insérer un radar dans une voiture banalisée et capable de photographier, sans flash visible, en roulant, tous les véhicules en excès de vitesse.

Pour se passer de tout agent assermenté, en France, la technologie a dû être améliorée pour faire en sorte que le chauffeur dans la voiture n’ait rien d’autre à faire que conduire. 
Antérieurement, le policier devait intégrer les changements de limites de vitesse rencontrées, pendant que le collègue tenait le volant. Tout se fait désormais automatiquement.

Vu l’absence d’intervention dans le processus de constatation d’infraction, la tâche de conduire le véhicule peut effectivement être confiée à une personne autre qu’un agent de police.

 Ce type de matériel n’est toutefois pas homologué en Belgique. Il ne peut donc être utilisé pour verbaliser les excès de vitesse à l’heure actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *